L’île des esclaves, de Marivaux (1725)

liledesesclavesTitre : L’île des esclaves

Auteur : Marivaux

Année : 1725

Genre : Comédie (Théâtre)

Histoire :

Iphicrate, Euphrosine et leurs esclaves Arlequin et Cléantis sont tous naufragés sur l’île des esclaves. Trivelin, un habitant de l’île, annonce aux esclaves qu’ils vont pouvoir échanger leur nom et leur situation avec ceux de leur maître. Ceux-ci deviennent esclaves de Arlequin et Cléantis…

Critique :

Les livres que j’ai à lire pour le cours de français m’ont déjà réservé de très bonnes surprises. Des lectures « forcées » de grands classiques qu’on aurait jamais pris le temps de découvrir par soi-même se révèlent parfois être des œuvres magnifiques qui finissent dans la liste de nos préférées. Et puis parfois, c’est une vraie torture que de devoir les lire et on passe son temps à regarder le nombre de pages qui nous reste. Malheureusement, L’île des esclaves a fait partie pour moi de cette dernière catégorie. Dieu merci, c’est du rapide à lire et en une heure, on peut déjà passer à autre chose. La fin de la pièce est plutôt brutale, tout s’arrange en « deux ex machina », tout va bien dans le meilleur des mondes et tout le monde est vertueux.

L’an dernier, j’avais vu la mise en scène de Christine Berg, et je dois dire que, très plate, elle ne m’avait pas tellement mis l’eau à la bouche non plus.

Je m’arrête déjà là pour cette critique. L’île des esclaves n’est pas une œuvre très inspirante et dont la seule raison que je puisse trouver pour la lire est la curiosité de la découvrir pour pouvoir la juger par soi-même.

Publicités