Yasmina Reza (1959 – ?)

yasminareza1er mai 1959 – ?

Nationalité : Française

Yasmina Reza est née le 1er mai 1959 à Paris d’une mère hongroise et d’un père mi-russe mi-iranien, tous deux juifs. Elle fait ses études à l’Université de Nanterre, où elle étudie la sociologie et le théâtre. En effet, dès sa jeunesse, elle s’est mise en tête d’écrire des pièces.

Sa première pièce, Conversations après un enterrement, remporte le Molière de l’auteur en 1987. C’est cependant sa pièce « Art » en 1994, remportant elle aussi des Molière, qui aura un grand succès en France comme aux Etats-Unis. A partir de cette pièce, les œuvres de Yasmina Reza ont été traduites en plus de 35 langues et sont jouées dans de prestigieuses salles du monde entier.

En 2006, elle se détache un peu du théâtre pour suivre Nicolas Sarkozy pendant sa campagne électorale à la présidentielle et écrit un livre sur le sujet : L’aube le soir ou la nuit. La même année, elle écrit la pièce Le Dieu du carnage, qui a été porté à l’écran par le célèbre cinéaste Roman Polanski en 2011 et dont elle a écrit le scénario.

Récemment, son roman Heureux les heureux est paru, en janvier 2013.

Liste de ses œuvres théâtrales :

  • Conversations après un enterrement (1987)
  • La Traversée de l’hiver (1990)
  • « Art » (1994)
  • L’Homme du hasard (1995)
  • Trois versions de la vie (2001)
  • Une pièce espagnole (2004)
  • Le Dieu du carnage (2006)
  • Comme vous racontez la partie (2011)

Liste de ses romans et essais :

  • Hammerklavier (1997)
  • Une désolation (1999)
  • Adam Haderberg (2002)
  • Nulle part (2005)
  • Dans la luge d’Arthur Schopenhauer (2005)
  • L’Aube le soir ou la nuit (2007)
  • Heureux les heureux (2013)
Publicités

Terry Pratchett (1948 – ?)

terrypratchettDates : 28 avril 1948 – ?

Nationalité : Anglaise

Très peu connu en France, Terry Pratchett est en fait l’auteur qui se vend le mieux en Angleterre après J.K.Rowling.

Né dans la petite ville de Beaconsfield, située dans la région du Buckinghamshire, le jeune Terry s’intéresse vite à l’astronomie. Il se passionne également pour les romans de science-fiction. Il commence à publier très tôt puisque c’est à 13 ans que sa première nouvelle apparaît dans le journal de l’école. Elle sera publiée commercialement deux ans plus tard.

Pratchett se destine alors à une carrière dans le journalisme. Il est engagé à 17 ans au Bucks Free Press, un journal local. Trois ans plus tard, il fait l’interview du co-directeur de Colin Smythe Limited, qui est une petite maison d’édition. Il lui parle du Peuple du Tapis, un livre qu’il a écrit. Celui-ci sera alors publié, auquel suivront deux autres romans. La maison d’édition sera celle qui publiera le premier livre de la série des Disque-Monde, en 1983. Pendant toute cette période de début de carrière, Terry Pratchett a souvent changé d’employeurs. En 1980, quelques temps après l’accident nucléaire de Three Miles Island, il a même travaillé comme chargé des relations publiques pour une société d’énergie et dans la zone où il travaillait se trouvaient notamment des centrales nucléaires. L’écrivain anglais peut « arrêter de travailler » à partir du quatrième tome des Disque-Monde, Mortimer. Il est alors devenu célèbre et ses livres sont souvent dans la liste des meilleures ventes. Il peut alors se consacrer totalement à l’écriture. Terry Pratchett a été anobli par la reine en 2008, il est donc chevalier de l’Ordre de l’Empire Britannique.

Côté loisirs, l’écrivain se passionne pour les ordinateurs, a des plantes carnivores, aime l’astronomie et dit penser que si l’on augmente le nombre d’orangs-outans sur la Terre, les grands équilibres seront restaurés.

En 2007, les médecins ont détecté à Terry Pratchett une forme rare d’Alzheimer. L’auteur a demandé au suicide assisté.

Liste des Annales du Disque-Monde :

  • La Huitième Couleur (1983)
  • Le Huitième Sortilège (1986)
  • La Huitième Fille (1987)
  • Mortimer (1987)
  • Sourcellerie (1988)
  • Trois soeurcières (1988)
  • Pyramides (1989)
  • Au Guet ! (1989)
  • Eric (1990)
  • Les zinzins d’Olive Oued (1990)
  • Le faucheur (1991)
  • Mécomptes de fées (1991)
  • Les petits Dieux (1992)
  • Nobliaux et sorcières (1992)
  • Le guet des orfèvres (1993)
  • Accros du roc (1994)
  • Tribulations d’un mage en aurient (1994)
  • Masquarade (1995)
  • Pieds d’argile (1996)
  • Le Père Porcher (1996)
  • Va-t-en-guerre (1997)
  • Le dernier continent (1998)
  • Le dernier héros (2001)
  • Carpe jugulum (1998)
  • Le cinquième éléphant (1999)
  • La vérité (2000)
  • Procrastination (2001)
  • Ronde de nuit (2002)
  • Le régiment monstrueux (2003)
  • Timbré (2004)
  • Jeu de nains (2005)
  • Monnayés (2007)
  • Allez les mages ! (2009)
  • Coup de tabac (2011)

Les Romans du Disque-Monde (contrairement aux annales, ils ne sont pas numérotés) :

  • Le Fabuleux Maurice et ses rongeurs savants (2001)
  • Les Ch’tits Hommes libres (2003)
  • Un chapeau de ciel (2004)
  • L’Hiverrier (2006)
  • Je m’habillerai de nuit (2010)

Liste des autres œuvres :

  • Le Peuple du Tapis (publié en 1971, mais réécrit plus tard)
  • La Face obscure du Soleil (1976)
  • Strate-à-gemmes (1981)
  • Triologie du Grand Livre des Gnomes (1989-1990)
  • De bons présages, écrit avec Neil Gaiman (1990)
  • Nation (2008)

En 2012 a également été publié The Long Earth, écrit en collaboration avec Stephen Baxter. Un deuxième tome est prévu.

Emile Zola (1840-1902)

Dates : 2 avril 1840 (Paris) – 29 septembre 1902 (Paris)

Nationalité : Français

Impossible de tenir un blog littéraire sans parler de ce génie qu’Emile Zola. Considéré comme le chef de file naturaliste, le futur écrivain naît en 1840 d’un père italien et d’une mère française à Paris. Il vivra cependant à Aix-en Provence jusqu’en 1858. Dès son enfance, le petit Emile est passionné par la littérature. Il veut déjà faire de l’écriture son métier et affirme dans des lettres à Paul Cézanne, son ami d’enfance (et donc un de ses premiers lecteurs), qu’il sera un écrivain reconnu. A 18 ans, Zola rejoint sa mère à Paris. Par deux fois, il rate le baccalauréat de sciences. Mais c’est aussi l’époque de son premier amour Berthe, une prostituée qu’il a connu fin 1860. Il essaiera de la sortir de sa condition, mais en vain. En 1864, le père de l’écrivain décède.

Pendant cette période, l’écrivain devient très proche du mouvement impressionniste et rencontre de grands artistes, comme Mallarmé, Pissarro ou Renoir. Mais en 1886, Zola reçoit la dernière lettre de son ami proche Paul Cézanne, qui a cru se reconnaître dans le personnage de l’artiste raté Claude Lantier (L’Oeuvre). Ils ne se reverront plus.

Même sans qualifications, Zola arrive à entrer dans la maison d’édition Hachette, où il travaillera quatre ans au service de publicité. En 1864, il rencontre Alexandrine Meley (qui se faisait appeler Gabrielle), qu’il épousera six ans plus tard. Celle-ci avait déjà eu une fille à 17 ans, au temps où elle était lingère, mais qu’elle avait du abandonner. Alexandrine inspirera certains personnages à Zola.

Celui-ci est devenu journaliste littéraire et a publié en parallèle des centaines de contes et de romans en feuilletons. La libération de la presse en 1868 lui permet d’écrire des chroniques politiques qui font polémique, mais Zola ne fait que s’engager avec retenue. A part au moment de l’avènement de la République où il a essayé de devenir sous-préfet d’Aix-en-Provence, il ne s’est jamais présenté à aucune élection (à la fin de sa vie, il a seulement essayé d’intégrer l’Académie Française, mais dont les portes lui resteront fermées à cause de l’affaire Dreyfus).

En 1870, le conflit franco-prussien éclate, alors que l’écrivain vient d’épouser Alexandrine le 31 mai de la même année. Il n’est cependant pas mobilisé, à cause de sa myopie et car il doit soutenir sa mère.

Après des années de difficultés financières, Zola publie l’Assommoir en 1877, qui a un immense succès et qui lui permet d’acheter une maison de campagne à Médan. Malheureusement, trois ans plus tard, en 1880, sa mère meurt, ainsi que des amis artistes comme Gustave Flaubert (tout au long de sa vie, Zola s’est lié d’amitié avec beaucoup d’artistes). Suite à cela, il tombe dans une dépression et un an plus tard, devenu indépendant financièrement grâce à ses romans des Rougon-Macquart, il arrête le journalisme et ne publiera que des articles occasionnellement. Devenu maître du naturalisme, Emile Zola a un emploi du temps très strict (qui changera tout au long de sa vie cependant) et écrit plusieurs heures par jour.

En 1888, l’écrivain est décoré de la Légion d’honneur, ce qui fâchera beaucoup de ses amis et collègues écrivains (Daudet et Goncourt notamment, avec lesquels il ne s’entend plus). Il la gardera jusqu’à l’affaire Dreyfus. La même année, Alexandrine Zola emploie Jeanne Rozerot, une jeune femme de 21 ans qui a été lingère comme elle. Elle est au service du couple Zola (qui est sans enfants et n’en aura jamais) lors de leurs vacances à Royan. L’écrivain tombe fou amoureux d’elle et ils ont une liaison, qui restera secrète pour Alexandrine pendant trois ans. Lorsque l’épouse découvre cette relation extra-conjugale, et qu’en plus Jeanne a eu d’Emile deux enfants (Denise et Jacques, qu’elle fera cependant reconnaître après la mort de Zola pour qu’ils puissent porter son nom), le couple passe à côté du divorce, mais les deux femmes finissent par se résigner à continuer de vivre comme cela, sans que la vérité soit dévoilée et que l’écrivain n’abandonne aucune des deux. Celui-ci finira par souffrir de cette vie partagée entre deux femmes et se rend compte que cela est difficile.

A la fin de l’année 1897, Zola s’engage en faveur des juifs, suite à l’affaire Dreyfus. Il publie le 13 janvier 1898 sa célèbre lettre ouverte dans le Figaro : « J’accuse… ». Ce jeudi-là, le magazine vendra 300.000 tirages en quelques heures. Suite à cela, le gouvernement attaque Zola pour diffamation. Après une véritable bataille juridique, il est condamné à un an d’emprisonnement et de 3000 francs d’amende. Le soir du verdict, l’écrivain s’exile à Londres seul et sans bagage, sur le conseil de son avocat. Pendant onze mois, il vivra reclut dans la capitale anglaise avant de revenir en France. En 1899, Drefus est gracié par le gouvernement (qui sera recondamné plus tard). Pour finir, l’affaire Dreyfus aura coûté beaucoup d’argent à Zola, ainsi que d’être attaqué par la presse satirique (de nombreuses caricatures de lui ont été faites), mais l’écrivain n’a jamais regretté pour autant de s’être engagé.

En 1900, Zola s’est découvert une nouvelle passion : la photographie. L’Exposition Universelle de Paris le fascine, et il la photographie.

Deux ans plus tard, le 29 septembre, Emile Zola et sa femme sont intoxiqués dans leur appartement de Paris par des émanations toxiques de la cheminée de leur chambre. Alexandrine survit, mais l’écrivain pas. La mort d’Emile Zola a sucité de nombreuses réactions et créé des controverses, vu le nombre d’ennemis qu’il s’était fait après l’affaire Dreyfus. Six ans après sa mort, les cendres de l’auteur ont été transférées au Panthéon, mais sa tombe se trouve au cimetière de Montmartre.

Liste des Rougon-Macquart :

  • La Fortune des Rougon (1871)
  • La Curée (1872)
  • Le Ventre de Paris (1873)
  • La Conquête de Plassans (1874)
  • La Faute de l’abbé Mouret (1875)
  • Son Excellence Eugène Rougon (1876)
  • L’Assommoir (1878)
  • Une page d’amour (1878)
  • Nana (1880)
  • Pot-Bouille (1882)
  • Au Bonheur des Dames (1883)
  • La Joie de vivre (1884)
  • Germinal (1885)
  • L’Œuvre (1886)
  • La Terre (1887)
  • Le Rêve (1888)
  • La Bête humaine (1890)
  • L’Argent (1891)
  • La Débâcle (1892)
  • Le Docteur Pascal (1893)

(La liste des autres œuvres suivra…)

Jane Austen (1775-1817)

Dates : 16 décembre 1775 – 18 juillet 1817 (à 41 ans)

Nationalité : Anglaise

Jane Austen est née dans une famille aux revenus modestes, entourée de 8 frères et sœurs. Son père est pasteur. Dès son plus jeune âge, elle découvre la littérature et commencera à écrire à 11 ans. Elle se sert de sa langue pour décrire le monde autour d’elle et faire une satire de la bonne société anglaise, tout cela à travers des histoires d’amour « so british ». Elle commence par Raison et sentiments (appelé d’abord Elinor et Marianne). C’est après l’écriture de ce roman que Jane rencontre Tom Lefroy, mais avec qui elle ne pourra se marier. Son œuvre la plus connue, Orgueil et Préjugés (premier titre : First Impressions), naît en 1796.

Le Révérend Austen décide brusquement en 1800 d’aller emménager à Bath avec sa famille. Cela perturbera sa fille, qui n’écrira pas pendant ce séjour. Deux ans plus tard, Jane reçoit une demande en mariage (qui sera la seule) de Harris Bigg-Wither. Elle accepte tout d’abord, car ce mariage présentent des avantages financiers, mais le lendemain matin, elle reprend son consentement, se rendant compte qu’elle fait une erreur. Plusieurs années plus tard, elle écrira que « Tout doit être préféré ou supporté plutôt que de se marier sans affection. »

En 1805, le père de Jane Austen décède de maladie. Sa femme, Jane et sa sœur Cassandra se retrouvent alors dans une situation financière difficile. Heureusement, leur frère Edward offre en 1809 un cottage à Chawton. L’écrivaine y passera les huit dernières années de sa vie, et écrira beaucoup. Elle réussit à publier quatre romans (Raison et sentiments, Orgueil et Préjugés, Mansfield Park et Emma), sans que son nom n’apparaisse sur ses livres. Mais Jane gagne peu, et ses frères Henry et Frank, qui  l’aidaient elle, Cassandra et leur mère ne peuvent plus leur donner d’argent, eux mêmes ruinés. En plus de cela, Austen tombe malade au début de l’année 1816. On pense qu’il s’agissait de la maladie d’Addison et elle meurt le 18 juillet 1817. Elle est enterrée à la cathédrale de Winchester.

Liste des œuvres majeures et leur date de parution :

Liste des œuvres mineures ou inachevées :

  • Lady Susan
  • Juvenilia (regroupe ses textes d’enfance)
  • Les Watson
  • Sanditon